Travail et santé

La plate-forme d’action santé et solidarité promeut une politique de la santé progressiste et égalitaire. Dans sa charte, la plate-forme rappelle notamment son souhait de défendre de bonnes conditions de travail pour le personnel de santé. Elle a décidé d’élargir ce débat et de porter la thématique du travail comme déterminant social de santé.

La part des conditions de travail et d’emploi sur la santé est encore trop peu prise en considération dans les politiques de santé publique.

La nouvelle organisation du travail, découlant notamment des exigences de compétitivité promue par la stratégie de Lisbonne, montre déjà depuis quelques années les effets pervers de cette politique en termes de santé. On pense en particulier à l’intensification du travail, au surcroît des facteurs de tension, à la flexibilité et à l’insécurité professionnelle. On ne peut enfin passer à côté du débat sur l’allongement des carrières, et des inégalités en santé découlant des conditions de travail: les ouvriers ont une espérance de vie plus courte et passent plus de temps en mauvaise santé.

Depuis plusieurs mois, la plate-forme suit de près des projets pilotes qui tentent d’apporter une réponse à la persévérance à ne pas intégrer les particularités de la vie au travail dans l’approche généraliste de la santé. C’est ainsi que l’Atelier santé du forum social de Charleroi essaye de mettre en place des soirées de formations à l’attention des médecins généralistes de la région afin de les sensibiliser aux impacts de la vie professionnelle sur la santé, en abordant les questions liées aux accidents du travail et aux maladies professionnelles.

Dans le cadre du suivi du rapport remis au SPF emploi, travail et concertation sociale « Amélioration de la collaboration entre le médecin généraliste, les médecins du travail et les médecins du travail pour une meilleure prise en charge des pathologies professionnelles » 1, la commission santé et bien-être au travail de la SSMG, prépare en collaboration avec la SSST et ASMA une formation à l’attention des médecins généralistes abordant de façon concrète les ITT et l’AMI.

Enfin, la plate-forme suit attentivement l’évolution de la recherche-action concernant les troubles musculo-squelettiques (TMS) au Pays de Charleroi, menée par la Régionale FGTB Charleroi Sud-Hainaut avec le C-DAST (Centre de Défense pour la santé des Travailleurs). Il s’agit d’une étude auprès de 3 entreprises de la région de Charleroi de façon à pouvoir objectiver les problèmes de TMS par la réalisation d’une base de données objectives, afin de pouvoir envisager une politique de prévention et de prise en compte des dommages causés.

Dans le contexte actuel de crise, il est fondamental que la plate-forme s’attache à démontrer que la santé est dans une large mesure déterminée par des facteurs sociétaux et économiques.2 De par sa composition originale rassemblant en son sein des syndicats, des mutuelles, des fédérations de maisons médicales, des associations, des ONG et des personnalités du monde académique, la plate-forme pourrait apporter une contribution originale.

Rappelons que la plate-forme travaille sur base de la méthodologie suivante : au départ d’une expertise existante (ou à réaliser), mener le débat avec les pouvoirs publics, pour porter ensuite avec l’ensemble des membres de la plate-forme des actions pour faire entendre ses revendications.

De nombreuses approches sont possibles sur la question du «travail» (ou «non travail») comme «déterminant» de santé. Il nous paraît que la plateforme, au vu des membres qui la composent (syndicats, mutuelles, professionnels de santé, …), devrait travailler l’angle mort qui existe actuellement entre le monde des entreprises et la santé publique, particulièrement au niveau local. Autrement dit, et dans la ligne d’une des recommandations de la Charte de Bangkok (2005) : «faire de la promotion de la santé une exigence de bonne pratique au niveau des entreprises».

Trois questions pourraient ouvrir notre réflexion et nous conduire à des recommandations d’actions visant l'impact du « travail » sur un territoire :

  * quelles répercussions sur la santé au niveau externe (environnemental) et au niveau interne (conditions de travail)?

  * quel rapport avec les professionnels de santé au niveau du même territoire?

  * quel rôle la population locale et/ou le pouvoir politique local peuvent-ils jouer?

La plateforme est par ailleurs invitée à travailler cette question dans le cadre des journées de l’Institut Renaudot de Paris, qui tiendra ses rencontres internationales en septembre 2012 et dont le thème est : "Nos lieux de vie : des espaces de santé? Quand les démarches communautaires s’invitent à la construction des territoires". A cette occasion un atelier « Le travail, c’est la santé ! » permettra un échange international notamment sur l’articulation entre la santé au travail et la santé de la communauté. Par nos réflexions et recommandations, nous devrions pouvoir y contribuer.

1 Lire la synthèse du rapport sur le site du SPF emploi, travail et concertation sociale http://www.emploi.belgique.be/moduleHome.aspx?id=34512

2 OMS, Rapport sur la santé dans le monde 2008. Les soins de santé primaires – Maintenant plus que jamais.

Plate-forme d'Action Santé & Solidarité
53 Chaussée d'Haecht
1210 Bruxelles
+32(0)2/209 23 64
info@sante-solidarite.be
IBAN : BE21 5230 8060 9503
Numéro d'entreprise: 0535.605.294

Newsletter

Suivez-nous