Déterminants internationaux de la santé

Contexte et justification

La santé est un droit pour tous et toutes. Il s'agit du droit à un système de santé effectif qui comprend le droit à des soins de santé de qualité. Le système de santé doit être fonctionnel, à savoir disponible, accessible et acceptable par tous et toutes sans aucune discrimination et de bonne qualité.

 Mais le droit à la santé s’étend au-delà du système de soins de santé. Il inclut un large éventail de facteurs – appelés les déterminants de la santé (sociaux, environnementaux , de genre…) - qui permettent aux individus de mener une vie saine. Le Comité pour les droits économiques, sociaux et culturels y fait référence sous l’appellation de « facteurs fondamentaux déterminants de la santé ». Ces derniers sont considérés comme des droits et comprennent : de l’eau potable et des conditions de vie convenables ; une alimentation sûre sur le plan nutritif et des conditions de logement adéquates ; des conditions environnementales saines et un travail décent ; l’accès à l‘éducation ainsi que des informations sur la santé, y compris des informations liées à la santé et aux droits sexuels et reproductifs ; l’égalité entre les femmes et les hommes.

L’importance des facteurs non médicaux comme principaux facteurs prédictifs de la santé est largement reconnue. La Commission de l’OMS sur les déterminants sociaux de la santé a conclu son rapport de 2008 en indiquant que « l’injustice sociale tue à grande échelle et constitue une plus grande menace pour la santé publique qu’un manque de médecins, de médicaments ou de services de santé ». En effet, les conditions générales dans lesquelles les gens vivent et travaillent ont une influence très importante sur l‘état de santé.

Les inégalités face à la santé et à la maladie se sont malheureusement encore creusées depuis la déclaration d'Alma Ata de 1978. Entre les pays et au sein même de ceux-ci. La lutte contre ces inégalités implique un ensemble de politiques cohérentes dans les domaines de l'enseignement, de l’emploi et des conditions de travail, de la protection sociale et des soins de santé, de l'environnement, du logement, de la mobilité, du commerce, de l’égalité des chances, en particulier en matière d’accessibilité- et de qualité. Afin de réduire l’inégalité face à la santé, les efforts doivent être concentrés sur les causes qui induisent ces inégalités et les mécanismes qui les perpétuent. Une attention soutenue doit en outre être accordée aux facteurs divers d’exclusion et de fragilité. Comme le stipule le préambule de la Constitution de l’OMS de 1946, « la santé de tous les peuples est une condition fondamentale de la paix du monde et de la sécurité (…) les résultats atteints par chaque Etat dans l’amélioration et la protection de la santé sont précieux pour tous ».

 

Malgré des décennies marquées par des déclarations de bonnes intentions, des programmes globaux et des objectifs ambitieux, force est de constater que les progrès en santé au niveau planétaire s’accompagnent toujours de profondes inégalités.

Le rôle des mouvements sociaux

Nous sommes convaincu.e.s que les mouvements sociaux jouent un rôle essentiel pour lutter contre les inégalités et la commercialisation de la santé.  La participation des usager.e.s dans la réflexion sur les politiques à mener, de même que dans l’organisation des soins doit être instituée et promue.

Objectifs

 Nos objectifs sont de :

 

  • renforcer la connaissance et l’analyse sur les liens entre d’une part santé et déterminants de la santé et d’autre part marchandisation et privatisation des soins de santé;

  • sensibiliser, informer et mobiliser les professionnel.le.s de santé, les professionnel.le.s de la coopération au développement et la population sur les liens entre libre-échange, marchandisation et santé ainsi que sur les conséquences des politiques néolibérales sur la protection sociale et les service publics des soins de santé ; encourager la participation de la population, des acteurs de la société civile et des mouvements sociaux afin de garantir l’accès à des soins de santé de qualité et accessibles.

  • effectuer un plaidoyer sur l'impact du libre-échange sur la santé et ses déterminants auprès des décideurs politiques au niveau national et européen.

  • promouvoir la mise en réseau et l'échange mutuel entre organisations/individus qui travaillent sur ces thèmes.

  • proposer, encourager et défendre des politiques de santé et de promotion du bien-être équitables et solidaires par le renforcement de systèmes de santé à finalité sociale (publics et privés sans but lucratif) prioritairement dans les pays où ces systèmes sont faibles (pays d’Afrique sub-saharienne…). Ceci suppose la mobilisation de financements nationaux et internationaux.

  • Encourager la participation de la population, des acteurs de la société civile et des mouvements sociaux afin de garantir l’accès à des soins de santé de qualité et défendre le droit de militer activement en faveur de changements concrets.

 

Approche méthodologique

 Le groupe s’attèle à coordonner la mise en œuvre d’un plan d’action élaboré sur la base de 4 objectifs :

  1. Développer des connaissances et faire des analyses sur les déterminants de la santé.

Ex. : Analyses politiques (Policy briefs) élaborées en 2016 sur la couverture santé universelle, sur les droits de propriété intellectuelle et sur les accords de libre-échange et travail décent.

Chapitre élaboré en 2017-2018 sur l’impact des accords de libre-échange sur la santé des travailleurs, pour le Global Health Watch 5

  1. Sensibiliser, informer et mobiliser autour des liens entre les déterminants de la santé et le commerce

Ex. : Organisation d’un séminaire sur la commercialisation de la santé en 2016, organisation d’un séminaire de lancement du Global Health Watch 5 en 2018.

  1. Faire un plaidoyer sur l’impact du commerce sur (les déterminants de) la santé

Ex. : Participation à la table ronde et à la note de consensus sur la santé de la DGD en 2016-2017.

  1. Mise en réseau et échange mutuel

Ex. : Participation à divers évènements liés à la santé, organisation de moments d’échange avec les partenaires Sud, etc.

 Les membres du groupe se réunissent environ tous les deux mois afin de poursuivre l’exécution du plan d’action. Elles/Ils peuvent également solliciter des partenaires extérieurs et des expert.e.s dont les compétences sont susceptibles d’éclairer le groupe dans ses travaux.

 Composition du groupe

 Coordination et secrétariat:

Pour Be-cause Health: Liesbet Vangeel (FOS) et Julie Steendam (G3W)

Pour la Plateforme d’Action Santé et Solidarité (PASS) : Liesbeth Lemmens

Membres :

  • Mutualités Chrétiennes (ANMC) / Christelijke Mutualiteiten (LCM)

  • M3M

  • FOS-socialistische solidariteit

  • Africa Europe Faith and Justice Network

  • Le Monde selon les Femmes

  • Memisa

  • Oxfam-solidariteit

  • Médecins du Monde / Dokters van de Wereld

  • Living Health Systems

  • Membres indépendants

  • Membres passifs

 

 

 



 

 

Plate-forme d'Action Santé & Solidarité
53 Chaussée d'Haecht
1210 Bruxelles
+32(0)2/209 23 64
info@sante-solidarite.be
IBAN : BE21 5230 8060 9503
Numéro d'entreprise: 0535.605.294

Newsletter

Suivez-nous