21 mars: Manifestation du non-marchand

Plus de 15.000 personnes du secteur non-marchand étaient présentes ce mardi 21 mars 2017 pour réclammer de meilleures conditions de travail et plus de financement du secteur de la santé.

Cela fait des mois que les syndicats réclament de nouveaux accords sociaux pour les secteurs non-marchands, qui recouvrent les hôpitaux, les maisons de repos, le socio-culturel ou encore l'aide à la jeunesse. Ces accords pluriannuels doivent être négociés au fédéral, mais aussi au niveau régional et communautaire. Plusieurs réunions se sont tenues au cours des dernières semaines, mais sans avancées concrètes, regrettent les syndicats.

Après une première manifestation nationale en novembre 2016, le front commun (CNE, Setca, CGSLB) avait donc donné rendez-vous mardi près de la place Rogier d'où le cortège rouge, vert et bleu est parti vers 10h45. Aucun gouvernement n'a jusqu'ici dégagé de budget pour avancer dans les négociations, a rappelé Christian Masai, secrétaire national au Setca. "Lors du dernier contrôle budgétaire, il a été question de 15 millions d'euros pour les négociations au niveau fédéral, mais cela serait totalement insuffisant."

Les réunions qui se sont tenues jusqu'ici avec les responsables politiques "relèvent de l'occupationnel, alors qu'on nous a promis des accords avant l'été", a souligné Eric Dubois, secrétaire national de la CGSLB.

Les travailleurs réclament notamment une réduction collective du temps de travail avec des embauches compensatoires, ainsi qu'une amélioration du pouvoir d'achat. "Dans les secteurs qui dépendent du fédéral (ex: hôpitaux, ndlr), les travailleurs ont connu une augmentation de 1% en 2001 et plus rien depuis", a relevé Patricia Piette, secrétaire nationale à la CNE.

La manifestation s'est déroulée dans une ambiance bon enfant, les militants libéraux portant par exemple des lunettes de soleil en ce premier jour de printemps, en hommage aux décisions politiques qui "brillent par leur absence et éblouissent les travailleurs". Dans les rangs du cortège, des travailleurs du secteur de la santé et des maisons de repos, de l'associatif également (CNCD, Oxfam), mais aussi de la culture. Le nord du pays était par ailleurs fortement mobilisé.

Il y a urgence à réinvestir dans ces secteurs

Yves Hellendorff, secrétaire national du non-marchand à la CNE, la centrale nationale des employés, était l'invité de Mehdi Khelfat le 21 mars au matin sur La Prem1ère. Pour lui, il est essentiel de réinvestir dans le secteur : "Ce qu’on réclame, c’est d’être pris en compte dans l’ensemble des moyens qui sont mis à disposition de la société. C’est-à-dire que nous répondons à des besoins sociaux importants, les soins de santé, l’aide aux personnes, la petite enfance, les personnes âgées,... et nous nous rendons compte que les moyens sont insuffisants pour répondre à ces besoins qui augmentent. Donc, pour nous, il y a urgence à réinvestir dans ces secteurs si on veut maintenir une société sociale ou ouverte, et en tout cas éviter les exclusions, la pauvreté, la fracture sociale".

La manifestation de ce mardi intervient au terme de plusieurs tentatives pour sensibiliser les pouvoirs publics aux difficultés que rencontre le secteur non-marchand. Des tentatives restées lettre morte. Pour Yves Hellendorff, ça suffit, il faut des réponses : "Ça fait maintenant des mois que nous avons déposé des cahiers de revendications dans les différents gouvernements, au Fédéral, aux Régions, aux Communautés. Et on nous lanterne, on nous fait attendre. On nous dit 'il n’y a pas d’argent en 2016, il n’y a pas d’argent en 2017, on va voir plus tard, on va chiffrer'. Tout ça traîne. Et pour nous, ça suffit, on en a marre, on veut vraiment des réponses. Ou bien les choix, c’est 'on ne veut plus investir là-dedans, chacun payera le prix fort pour avoir des services', ou bien en effet, 'on va créer des conditions de travail tenables, des métiers attractifs parce que demain on en aura besoin'. Et ici, maintenant, on a la certitude que les budgets de 2018 seront élaborés à l’été dans les différentes entités. Donc, on lance les 100 jours ici. Du 21 mars au 30 juin, c’est le Printemps du non-marchand. Le printemps sera chaud, il nous faut des réponses à ces cahiers de revendications d’ici le 30 juin".

Utiliser les fruits du taxshift pour répondre aux besoin du personnel

Mais une des difficultés du secteur, c'est notamment le fait que le non-marchand dépend de différents niveaux de pouvoir. "Il y a du boulot"! répond Yves Hellendorff, "Entre Maggie De Block et Kris Peeters au Fédéral ; on a alors du côté Région wallonne plutôt Prévot et Tillieux donc sur les soins de santé et l’emploi, l’aide sociale et l’emploi ; on a en Communauté française plutôt Alda Greoli pour tout ce qui est la petite enfance, le socio-culturel. (...) C’est du boulot, je vous le dis. Mais sérieusement, on y croit. Parce que ce qu’on veut, nous, c’est vraiment une société où grâce à du personnel qui a des conditions de travail tenables, on est capable de faire des services de qualité et on a les moyens pour le faire. Le gouvernement a donné 250 millions d’euros de cadeaux de réduction de cotisation de sécurité sociale avec le taxshift à l’ensemble des employeurs du non-marchand. On peut utiliser ces 250 millions d’euros pour répondre aux besoins du personnel. Donc pour nous, ce n’est pas une question de budget, c’est une question de volonté politique, quel est le modèle de société pour demain".

Sources:

- "Manifestation du non-marchand: "pas une question de budget mais de volonté politique".

- "Au moins 14.000 personnes à Bruxelles pour les secteurs non-marchands"

Plate-forme d'Action Santé & Solidarité
53 Chaussée d'Haecht
1210 Bruxelles
+32(0)2/209 23 64
info@sante-solidarite.be
IBAN : BE21 5230 8060 9503
Numéro d'entreprise: 0535.605.294

Newsletter

Suivez-nous